Depuis les temps héroïques des travaux de l'Ecole de Vienne et de ceux d'Ivan Wyschnegradsky, le flambeau de la création musicale est passée de main en main. A notre époque également, il est des composisteurs  qui résistent victorieusement aux blandices de la régression. Voici un paradoxe de l'époque présente : on assiste à la marginalisation de l'expression actuelle de la recherche musicale, à un moment où la situation historique de la pensée permet de croire à un véritable renouveau. Je crois pouvoir affirmer que nous sommes, du point de vue de l'imagination des formes et du langage, à un moment aussi riche que l'était la Renaissance.

 

                                                                                               Alain Bancquart